LA COMPAGNIE

 

Collectif Chapacans

La compagnie est issue d’une rencontre, pour la plupart au chapiteau des Noctambules à Nanterre, sous l’oeil attentif de Michel Nowak.

Créée en 2016 par ses quatorze artistes, issus du monde du cirque, de la musique, du théâtre de la danse et du clown, le collectif voit le jour avec pour premier objectif de monter un cabaret hors normes et hors piste, lors de la seconde édition du festival Entraunes Fait Son Cirque.

Fin 2016 après un accueil chaleureux et prometteur lors de son premier spectacle, le collectif se mue en une association du même nom. Cette structuration apporte force de propositions pour de nouvelles scènes, festivals, évènements, hors et sur la piste des arts du cirque.

Au-delà de la création de spectacle, l’association permet surtout la rencontre, lors des résidences et scènes qui peuvent investir un lieu, un village, une région. L’approche des publics, se fait naturellement, l’humain étant de nature curieuse. Pour faciliter cette dernière les Chapacans proposent avec engouement, ateliers et initiations pour chaque individu désireux de bousculer ses codes, afin que l’immersion créative et quotidienne puisse se faire dans les deux sens. L’envie étant de garder le côté populaire et non populiste des arts du Cirque grâce à une implantation dans des espaces de vie d’une population quelle qu’elle soit.

 

Recherche et création

La recherche se fait dans une dynamique ludique et fantaisiste mais surtout collective. Chercher l’extraordinaire au-delà de la technique de cirque, sans leader, chacun des interprètes apportant la richesse de son propre langage corporel, ses codes, ses impulsions et émotions.

Attachés à ne jamais présenter une succession de numéros, les Chapacans mêlent toutes leurs spécialités dans un mécanisme commun, ainsi le collectif se joue des codes traditionnels et contemporains en jonglant avec les volumes, rythmes et mouvements.

La création passe aussi par la musique. Violon, guitare, piano, trompette, chant, hautbois, harmonium et autres se confondent dans l’interprétation. Les instruments deviennent des agrès, les agrès se reposent sur les musiciens, les musiciens sont les interprètes. Les créations sont ponctuées de musicalité par les voix, le chant, les respirations, les silences et brouhahas, on ne sait plus si la musique est composée pour les spectacles où les spectacles créés pour sublimer la musique.