SPECTACLES ASSOCIÉS

 

Le Yassas Ciné

 

© Bobar

 Le Yassas Ciné est une projection cinématographique théâtralisée et clownesque avec des courts-métrageset vidéos expérimentales réalisés par Ugo Gasiglia et Noëmie Edé-Decugis, entre-coupée de scènes burlesques qui revisitent l’univers du cabaret et du cirque.

Mélange de poussière et de paillettes, de pathétique et de grandiose, ce spectacle s’inspire de la réalité du cirque itinérant traditionnel face au monde qui change et à la mutation de l’art, poussant les artistes à chercher comment faire du cirque aujourd’hui. 

Cinéma, la compagnie ne fournie pas de pop-corn caramélisé

Air de saxophone, le seul et unique connu par le projectionniste

Marche sur le torse de la projectionniste

Hara Kiri et lancer de couteaux

Spectacle de feu enflammé

Equilibre de bière bourré

Dressage de lion femelle

Musique Hall lumineux

Jonglage glacé

Quelle serait la plus belle des fins pour nos deux projectionniste? La plus grandiose? La plus cirque? La plus chère? La plus simple?

https://www.facebook.com/LeYassasCine/

 

45 min / Tout public

CONTACT : yassascine@gmail.com / 06 66 97 01 81

 

Calendrier

2019

Le Bouche à Oreille (32)

Le Shakirail, Collectif Curry Vavart (75)

Montargis (45) / Festival des Croqueurs de Pavés

Festival International d’Art de Rue d’Aurillac (15)

 

2018

 

Châteaudun (45) / Espace Tan

Montargis (45) / Les Croqueurs de Pavés

Entraunes (06) / Entraunes Fait son Cirque , 4ème édition

Aurillac (15) / Festival International d’Art de Rue

Toulouse (31) Stimili théâtre, Téâtre Roquelaine

Garein (41) / Le Moulin Vieux

 

2017

Saint-Denis (93) / Chapiteau Rajganawak

Paris (75) / La Fabrik Coopérative / Festival Prenez Place

Mende (48) / Festival 48ème de Rue

Aubenas (07) / Atelier des 3 Z’oiseaux, Soirée Bongobongo

2016

Montreuil (93) / Festival L’Etendoir

Nanterre (92) / Festival Brut d’Arènes

Saint-Denis (93) / 60 Adada : Exposition collective En Transe

Refuge de la Cayolle (04)

Noisiel (77) / Conservatoire Régional du Val Maubuée

Paris (75) / Shakirail, Collectif Curry Vavart

 

 

Klebs

 

« Viens, toi, que j’te raconte, ma rencontre à l’encontre. Vas-y tu peux, vas-y tu peux. Qu’on s’rencontrance, qu’on s’racontar, qu’on se rende rances, qu’on se rende rares. »

Fifi, dont on ne connait pas le passé, qui n’a peut être pas de passé, débarque subitement et partage avec nous sa profonde envie de rencontrer. Il tente de communiquer de mille manières, de construire de nouveaux liens, angoissé de ne jamais réussir à trouver ou retrouver ce qu’il est venu chercher : l’amour.

Mais la communication est difficile, c’est le corps, les mots, le chant, la danse, le lancer de couteaux qui révéleront le cœur et la mesure de cet être sensible et monstrueux.

40min / Tout public averti

CONTACT : gasiglia.ugo@gmail.com / 06 66 97 01 81

Calendrier

2019

Estenc (06) : Festival Entraunes Fait Son Cirque 5ème édition

Lafrançaise (82) : Festival La Nuit Blanche

Aurillac (15) : Festival international d’Art de Rue

Châlon-sur-Saone (71) : Festival Châlon Dans La Rue

Montreuil (93) : Festival des Mûrs à Pêches

Montargis (45) : Festival des Croqueurs de Pavés

Montreuil (93) : Le Collectif 39 à La Noue

Marseille (13) : Théâtre Silvain

 

2018

Besançon (25) : Festival du Bitume et des Plumes

Aubenas (07) : Nouba de l’Atelier des Trois Z’oiseaux

Genestelle (07) : Festival Artichouette

Châlon-sur-Saone (71) : Festival Châlon Dans La Rue

Marseille (13) : Scène ouverte Extrême Jonglerie

Oberlin (USA) : Soirée spectacle The Cat in The Crow

Montreuil (93) : Scène ouverte du Jardin d’Alice

Nanterre (92) : Festival Brut d’Arènes

Marseille (13) : Cabaret de clown de l’Equitable Café

Garein (40) : Festival des Amorés

 

2017

Nanterre (92) : Festival des Arènes de Nanterre

Entraunes (06) : Festival Entraunes Fait Son Cirque

Montreuil (93) : Cri Du Singe

 

 

Mes Nuits Blanches

Création en cours

Mes Nuits Blanches
© La gonflée

Une rencontre entre deux collectifs

La Gonflée

La Gonflée, c’est une association d’architecture légère et temporaire née de la rencontre entre dix jeunes architectes diplômés d’état et une caravane Sterckemann EL-40 des années 80.

Lors d’un premier chantier de réhabilitation de cette caravane en 2015, un collectif se forme, alliant sensibilités diverses et expériences multiples : chantiers participatifs, animation d’ateliers, concertation citoyenne, urbanisme, scénographie, musique, photographie, menuiserie …

Leur premier projet, la Caravane Gonflée, permet par sa mobilité et sa légèreté d’activer temporairement l’espace public. Grâce une scène et une structure gonflable de 50 m2, le public accueilli assiste des performances artistiques les plus diverses, telles que des concerts, des projections, des spectacles en ombres chinoises …

Cette diversité de programmes est permise par la flexibilité qu’offre le dispositif de la caravane. Fonctionnant de manière autonome, la scène s’ouvre au cœur de l’espace public et rassemble autour d’elle les spectateurs. Couplée à sa structure gonflable, elle devient un repère, un objet lumineux et vivant, sur lequel les images projetés et les jeux d’ombres prennent corps.

Par ce projet et les autres réalisations et événements qu’il propose, le collectif prône une ouverture de la culture au plus grand nombre, mais aussi une pratique plus sociale, accessible et libre de l’architecture, qui devient entre leurs mains un moyen de transformation immédiate du territoire.

 

Mes nuits blanches

Dans la bulle de la Gonflée, huit acrobates sont les lions en cage du spectacle. C’est dans cette piste close qu’ils évoluent durant 50 minutes.
Le médium, qui rassemble le public et les artistes, est la toile blanche de la caravane gonflée. C’est sur cette surface qu’ombres des artistes et pensées du spectateur se projettent.

Manège de silhouettes, c’est l’image d’un kaléidoscope géant que la combinaison des corps a lieu via les techniques d’acrobatie, d’équilibre, de jonglage et de portés.
Ces huit corps vont se rejoindre, s’agencer, se multiplier l’infini en un ballet mécanique. Grâce aux techniques de projection de l’image, les ombres des artistes emmènent vers l’imaginaire : corps immenses et minuscules se côtoient, acrobates et équilibristes ont six bras ou deux têtes.

Des clowns s’échappent parfois de la toile pour aller jouer avec le public, la réalité, laissant parfois leurs ombres prisonnières ou rebelles à l’intérieur de la toile.

Partant du constat que l’espace public est surexploité par l’urbanisme, l’industrialisation, l’agriculture, les zones de commerce, de chantiers, les nouveaux quartiers, des interrogations surviennent alors. Où sont les espaces vides ? Dans quelle mesure ces espaces se font nôtres, fragrance de notre imaginaire ? Par quelle façon peut-on trouver des moyens de rêver même dans la construction / transformation / déconstruction de nos paysages urbains.

Et si nous avions le choix ? Par quoi souhaiterions-nous les remplacer ?
Le projet Mes nuits blanches s’interroge sur la vision que nous avons de notre environnement, en y apposant des filtres comme tentatives ouvertes et poétiques de réponses.